Systèmes de santé canadiens surchargés, postes vacants et heures supplémentaires par millions

Les systèmes réagissent en innovant et en collaborant grâce à un nouvel organisme, Effectif de la santé Canada

Par Effectif de la santé Canada

Partout au pays, en réponse aux problèmes liés à la main-d’œuvre de la santé apparus pendant la pandémie et qui perdurent, des solutions innovatrices sont adoptées, notamment pour adapter la façon de dispenser les services, élargir les champs d’exercice et recourir davantage à la prestation des soins en équipe. De nouvelles collaborations à l’échelle pancanadienne guident peu à peu le pays vers un modèle axé sur l’action qui permettra de juguler la crise de la main-d’œuvre de la santé maintenant et dans les années à venir.

Le plus récent rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) sur certains professionnels de la santé présente des systèmes de santé surchargés où le personnel hospitalier enregistre un nombre sans précédent d’heures supplémentaires et où le nombre de postes vacants a doublé depuis le début de la pandémie.

« La pandémie de COVID-19 a intensifié le cycle des défis de dotation en personnel et de l’épuisement professionnel chez les travailleurs de la santé, mentionne l’ICIS dans son rapport. Il est essentiel de bien comprendre la demande de main-d’œuvre à la lumière des taux de postes vacants, des heures supplémentaires et de l’expérience des travailleurs de la santé afin de pouvoir élaborer des stratégies ciblées de maintien en poste qui favorisent le bien-être des travailleurs et améliorent à la fois les conditions d’emploi et la qualité des soins aux patients. »

Voici les principales constatations du rapport de l’ICIS :

  • Le nombre de postes non pourvus a quadruplé depuis 2015 et doublé depuis le début de la pandémie de COVID-19, pour atteindre 120 140 postes en 2022-2023. Un quart des postes vacants concernaient des préposés aux services de soutien à la personne, suivis des infirmières autorisées, des infirmières psychiatriques autorisées et des travailleurs de la santé mentale. Dans toutes les provinces, le nombre de postes vacants a augmenté en 2022-2023 par rapport à l’année précédente. 
  • En 2021-2022, 26 millions d’heures supplémentaires, soit l’équivalent de plus de 13 000 postes à temps plein, ont été enregistrées par le personnel hospitalier, à l’exception des médecins. Les taux les plus élevés ont été observés dans les unités de soins intensifs et les unités de soins aux patients hospitalisés en raison de problèmes de santé mentale ou d’utilisation de substances. Le nombre d’heures supplémentaires effectuées par le personnel infirmier et d’autres travailleurs de la santé dans les unités pour patients hospitalisés (à l’exception des médecins et du personnel de gestion) se chiffrait à 14,2 millions.  
  • Malgré l’augmentation de l’effectif global d’infirmières en 2022, il y avait 2 500 infirmières de moins qui offraient des soins directs dans le secteur des soins de longue durée et 800 infirmières autorisées de moins dans les hôpitaux, la charge de travail et l’épuisement professionnel figurant parmi les causes possibles de ce manque.
  • La même année, 3 300 infirmières de plus (une hausse de 7,1 %) ont dispensé des soins directs dans des organismes de soins communautaires, où les horaires peuvent être plus commodes et plus flexibles.

« Il ne fait aucun doute que les gens qui travaillent dans les systèmes de santé du Canada se sentent surchargés, mais nous vivons également une période d’innovation, où les gouvernements, les dirigeants des systèmes de santé, les décideurs et le personnel de première ligne cherchent et mettent en place de nouvelles façons de répondre aux besoins », explique Deb Gordon, directrice générale intérimaire d’Effectif de la santé Canada, un nouvel organisme indépendant créé pour aider ses partenaires à régler les problèmes touchant la main-d’œuvre de la santé et favoriser la planification à long terme.

L’ICIS signale que les changements apportés aux politiques dans l’ensemble des systèmes de santé donnent lieu à des innovations importantes, par exemple :

  • Autorisation pour les pharmaciens d’évaluer et de prescrire des médicaments pour le traitement d’affections mineures dans la plupart des autorités compétentes, certaines leur permettent également de renouveler et de prolonger les ordonnances 
  • Nouvelles autorisations de prescrire accordées aux infirmières autorisées dans certaines autorités compétentes 
  • Augmentation du nombre de places au sein des programmes de médecine, certaines autorités compétentes offrant des bourses pour couvrir les droits de scolarité à des étudiants qui s’engagent à fournir des services pour une période déterminée, ou offrant des incitatifs liés aux collectivités rurales et éloignées 
  • Modification des politiques dans la plupart des autorités compétentes afin d’accélérer le processus d’inscription des travailleurs de la santé et de simplifier l’intégration du personnel infirmier formé à l’étranger 

« Ces changements apportés aux politiques partout au pays prouvent que le Canada prend au sérieux les problèmes liés à la main-d’œuvre de la santé, ajoute Deb Gordon. Effectif de la santé Canada collaborera étroitement avec tous les intervenants du système de santé, y compris l’ICIS, afin d’améliorer la collecte et la diffusion des données et de proposer des solutions concrètes pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain. » 

Vous pouvez lire le rapport de l’ICIS dans son intégralité et télécharger les données ici.